Planetary Nebulae
Planetary Nebulae
Planetary Nebulae
     HOME          LISTS I & II / IR          DOCUMENTATION          DATA GATHERING                                       
Nouvelles candidates "nébuleuses planétaires"
  February 1st 2017 - Pascal Le Dû  Magazine Article   
Fig1: DeGaPe 13 (APO_Team)
En consultant de nombreux relevés disponibles sur Internet, tels ceux du DSS, du SDSS (6), de WISE ou même de Gaia, il est possible de faire des découvertes. Toutefois, la tâche reste ingrate et fastidieuse, car les images sont inspectées minutieusement en suivant des profils réguliers pendant de longues heures. Par ailleurs, à partir d’images acquises avec ses propres instruments, il est possible de réaliser de magnifiques panoramas du ciel profond, tout en profitant de l’occasion pour détecter des objets inconnus. De nombreux astrophotographes amateurs posent ainsi plusieurs dizaines d’heures sur des nébulosités rarement dévoilées. Cette démarche était plutôt rare il y a quelques années mais devient de plus en plus systématique. C’est une évolution importante dans le monde de l’astrophotographie, l’astronome amateur n’est plus un simple touriste photographique du ciel, il devient curieux et il s’intéresse d’un point de vue scientifique à l’information que son image révèle . Pour une meilleure efficacité, une centralisation des découvertes et des données qui les accompagnent est nécessaire, afin d’éviter les redondances. Ainsi, se renforcent des liens entre professionnels et amateurs, une collaboration continue étant assurée entre Agnès Acker et Pascal Le Dû.
Les tables des candidates "nébuleuses planétaires"
Depuis 2014, la table des candidates nébuleuses planétaire (NP) est éditée chaque année dans le magazine de la SAF , puis reprise par le centre de données astronomiques de Strasbourg. Des astronomes amateurs contactent ainsi régulièrement Pascal Le Dû, qui se charge d'effectuer une première expertise sur les objets détectés en consultant au préalable d'autres listes de candidates nébuleuses planétaires, comme celle du DSH (1). Certains de ces objets peuvent en effet déjà avoir été référencés. Un objet intéressant doit avoir une morphologie ronde et diffuse, si possible centrée sur un noyau stellaire. Il est bien détaché de toute grande nébulosité. Son signal est confirmé sur au moins deux images distinctes. Des images à différentes longueurs d'onde sont consultées. Le travail peut être fastidieux, surtout si de nombreuses candidates sont transmises simultanément par différents astronomes amateurs. Si l'objet présente un intérêt, il est signalé, avec une première analyse et des images jointes, à Agnès Acker, qui effectue alors son expertise et contrôle si l'objet n'est pas déjà présent dans la toute nouvelle base créée et entretenue par Quentin Parker et coll. à l'université de Hong Kong (2). Cette base est accessible uniquement aux professionnels et regroupe toutes les nébuleuses planétaires connues à ce jour, qu'elles soient à l'état de candidates sérieuses ou confirmées. Pour toute nouvelle candidate, si sa nature de NP est confirmée, un nom basé sur le nom du découvreur lui est attribué, en plus de sa dénomination PNG. Pour les découvertes françaises, elles sont répertoriées par Pascal Le Dû dans une table qui précise les dénominations et les coordonnées de chaque objet, ainsi que sa dimension. Le type de l'objet est directement lié aux données qui l’accompagnent. Si une image prise avec un filtre [OIII] montre un signal nébuleux, la candidate est classée comme nébuleuse planétaire probable. Si en plus un spectre montre des raies typiques des NP , l'objet est classé comme nébuleuse planétaire. Une fois la table publiée, elle est rapidement transférée dans le CDS (4) et est ainsi accessible via le service de catalogues VizieR. La mise à jour dans Simbad peut prendre, quant à elle, un peu plus de temps. Ainsi, début 2017 , 194 objets ont été répertoriés; mais, fait nouveau, un nombre considérable de spectres présentés dans cet article a permis de déterminer la véritable nature de certaines candidates. (Voir articles complet au format PDF -> lien plus bas)
De nouveaux découvreurs
Depuis févier 2016, l'équipe de l'observatoire APO s'est particulièrement distinguée quant à la détection de candidates par l'imagerie SHO. Cette technique permet de découvrir principalement des candidates à l'aspect stellaire qui se distinguent très facilement des étoiles par leur colorimétrie: leurs teintes sont souvent très « flashy » comme du vert presque fluorescent (figure 1 – DeGaPe 13, image SHO). Mais attention, il faut se méfier des reflets ou artefacts qui peuvent présenter les mêmes teintes. L'équipe APO a pu réaliser de superbes images dans le ciel austral, rarement dévoilé avec cette technique d'imagerie, et a pu découvrir à ce jour 32 objets. Thierry Raffaelli, Laurent Fererro, Nicolas Outters et Pascal Le Dû ont également augmenté leur palmarès de découvertes. De nouveaux découvreurs se sont fait connaître en 2016: Trygve Prestgard, Khadija El Kanbi, Laurent Huet et Sébastien Chareyre. Les deux premiers sont adeptes de la recherche de candidates à l'aide d'images professionnelles disponibles sur le Web. Ils n'hésitent pas à exploiter des « surveys » rarement consultés par des astronomes amateurs comme les images Ha du SHS ou les images radio du NVSS et du SUMSS. Trygve a pu ainsi découvrir 25 candidates – dont Pre 8, candidate remarquable, qui a fait l'objet d'une campagne d'observation à Saint-Véran (voir rapport de mission CALA 2016, chapitre «du 27 août au 4 septembre»). Khadija a découvert 5 candidates. Sébastien et Laurent recherchent des NP à l'aide de leur propre matériel. Sébastien a ainsi découvert trois candidates à partir de ses images Ha et [OIII]. Laurent, découvreur de deux objets, a pu repérer tout récemment un objet remarquable qui par chance a échappé à d'autres investigations: Hu 2. Cette candidate a un bel aspect de nébuleuse planétaire ronde sous forme d'anneau avec des zones plus denses révélées par le filtre [OIII]. En H?, l'objet ressemble plus à un disque plein. Il est à peine visible sur les images DSS, mais son spectre a pu être réalisé avec un Newton de 200 mm.
Sources and links
Version PDF (et complète) de l'article: L'astronomie - Février 2017
Liste de tous les articles: Cliquer ici
Planetary Nebulae
Respect capital letters and spaces !
Example: PN-G 262.4-01.9 or DeGaPe 32
  About the article...
Date: February 1st 2017
Author: Pascal Le Dû
Category: Magazine Article
Article id: 6
All the articles: click here
Associated articles:
- Les astronomes amateurs découvrent encore des né...
- Nébuleuses planétaires: découvertes & confirmat...
- Nébuleuses dans l'infrarouge moyen...
- Comment découvrir de nouvelles nébuleuses ?...
- Les nébuleuses: histoire d'une coopération...
Planetary Nebulae .net
Contacts: - in charge PN and applications: Pascal Le Dû (ledu@shom.fr)
- webmaster: Thomas Petit (petittom@gmail.com)
© Planetary Nebulae .net - 2019 - All rights reserved
The Planetary Nebulae .net website offers all the useful and practical information about the planetary nebulae (candidates), how to apply for a new discovery and how to confirm the candidates. If you would like to contribute to the website, please visit the Data Gathering page and contact us.
Contributors: Pascal Le Dû - Thomas Petit - Olivier Garde - Nicolas Petit - Trygve Prestgard - Jean-Baptiste Feldmann - Lionel Mulato - Sakib Rasool